• 07 67 14 73 37
  • contact@sncpre.org
  • 26, rue de Belfort 92400 Courbevoie
  • 07 67 14 73 37
  • contact@sncpre.org
  • 26, rue de Belfort 92400 Courbevoie

Oreille décollée

Préconisée à partir de 7 ans. Possible chez l’adulte.

 

Objectif
Redonner une forme et une angulation normale aux oreilles décollées.

Principe
Après une voie d’abord rétro-auriculaire, le chirurgien pratique une “sculpture” du cartilage, soit au bistouri, soit à la râpe, afin de donner une nouvelle forme. Celle-ci est maintenue par des points internes et la voie d’abord est refermée par des points externes qui peuvent être résorbables. Un pansement est porté pendant une semaine jour et nuit, puis remplacé par un bandeau la nuit pendant un mois avec un arrêt de sport collectif pendant la même durée.

Suites postopératoires
Les oreilles sont un peu gonflées, tuméfiées pendant une dizaine de jours et sensibles au contact pendant plusieurs semaines. La douleur post-opératoire est la règle surtout chez l’adulte. Elle est calmée par les moyens adaptés à la clinique et une prescription est faite avant la sortie afin d’encadrer les jours suivants.

Complications potentielles les plus fréquemment rencontrées
– Un saignement secondaire peut nécessiter une réfection du pansement ou une reprise chirurgicale.
– Une infection repérée sur une douleur unilatérale brutale et une élévation de la température peut justifier d’une consultation en urgence et d’une réintervention pour lavage.
– Le lâchage partiel d’un des fils peut expliquer une rebascule modérée et localisée d’une partie du cartilage pouvant nécessiter une reprise chirurgicale environ 6 mois après le premier geste. Un lâchage bilatéral complet de la plastie est exceptionnel, parfois en relation avec une poussée de croissance ou un cartilage très fort.
– Enfin, les cicatrices normalement très discrètes passées 6 mois, peuvent se révéler anormalement épaisses parfois 2 ou 3 ans après l’opération surtout chez le garçon dans la période de poussée pubertaire. Il s’agit de cicatrices chéloïdes dont le traitement est extrêmement délicat mais heureusement, la fréquence de ces lésions est nettement inférieure à 1 %.