• 07 67 14 73 37
  • contact@sncpre.org
  • 26, rue de Belfort 92400 Courbevoie
  • 07 67 14 73 37
  • contact@sncpre.org
  • 26, rue de Belfort 92400 Courbevoie

Lipoaspiration

Objectif
Par de minuscules incisions rapidement très discrètes, aspirer la graisse excédentaire réalisant une véritable sculpture de la silhouette à condition d’un travail homogène et régulier d’une part et d’une bonne qualité de rétractation de la peau et de cicatrisation de la graisse d’autre part.
L’indication idéale concerne des patientes jeunes à peau tonique présentant des bourrelets localisés. Dans le cadre de patientes un peu plus âgées ou ayant eu des enfants et qui ont une peau plus laxe ou vergeturée, la liposuccion, si elle est toujours possible à titre morphologique afin de diminuer l’épaisseur de la couche graisseuse, peut laisser des résultats esthétiques de moins bonne qualité toujours limitée par la qualité et l’élasticité de la peau.
Dans tous les cas de figure, ce geste chirurgical à visée esthétique n’est pas une chirurgie de l’amaigrissement mais de la silhouette. Les problèmes de poids doivent être réglé avant l’acte chirurgical (on préconise une perte de 50 à 75 % du surpoids avant la liposuccion).

 

Principe
Sous anesthésie générale ou péridurale (l’anesthésie locale est limitée à des actes courts sur des petites surfaces et à des petites quantités de résection), le chirurgien pratique des mini-ponctures dans les sites discrets (plis naturels du corps au niveau de l’aine, du genou ou de la fesse). La manoeuvre d’aspiration est ensuite pratiquée avec un contrôle soigneux des mouvements de va et vient de la canule pour avoir un travail homogène, régulier et harmonieux. Cet acte est peu hémorragique. Après la fermeture des différentes voies d’abord, un pansement compressif : lipo-panty est mis en place et sera porté jour et nuit pendant 3 semaines. Les suites opératoires sont marquées par des douleurs faibles type courbatures ou contusions associés à un oedème et à des ecchymoses (couleur bleue, jaune, violet) post-traumatiques. La sortie est souvent réalisée le lendemain de l’intervention avec une consultation de contrôle à 10 jours et surtout à l’obtention du résultat définitif à savoir 4 mois, temps nécessaire à la rétraction cutanée et à la cicatrisation de la graisse et à la disparition totale de l’oedème post-opératoire.

 

Complications les plus fréquemment rencontrées
Un oedème de la cheville surtout les patientes actives qui reprennent rapidement le travail est souvent rencontré. De même certaines patientes avec fragilité capillaire marquent beaucoup et présentent des taches bleues, jaunes, violettes impressionnantes. Les problèmes d’hématome, d’infection, d’épanchement lymphatique ou de phlébite sont beaucoup plus rares.
Enfin, les complications vitales sur l’anesthésie générale ou les embolies pulmonaires sont exceptionnelles.Le suivi post-opératoire peut montrer parfois des défauts, notamment de frisure cutanée, en rapport avec une qualité de peau trop peu élastique dont la remise en tension s’est effectuée de façon insuffisante. Dans certains cas, le chirurgien peut proposer une remise en tension cutanée avec une cicatrice dans un endroit peu visible. Dans tous les cas de figure, les retouches ne sont jamais pratiquées avant 4 à 6 mois d’évolution post-opératoire. 

 

Différentes zones du corps peuvent faire l’objet de lipoaspiration

  • les hanches
  • la culotte de cheval
  • la région sous-fessière
  • les faces antérieures des cuisses
  • les faces internes des cuisses, le plus souvent associée à un lifting de face interne de cuisses.
  • les faces internes des genoux
  • les mollets
  • les chevilles
  • le bourrelet inférieur des bras
  • le cou
  • une lipoaspiration au niveau de la paroi abdominale est possible, soit seule, soit associée à un geste chirurgical plus lourd.

Même si l’association de plusieurs localisations est toujours réalisable dans la même anesthésie générale, les règles de bon sens et la recherche maximale de sécurité s’appliquent toujours afin de ne pas dépasser des durées opératoires trop importantes ou des volumes d’aspiration démesurés. La majorité des chirurgiens aspire rarement plus de 3 à 4 litres dans la même intervention.