• 07 67 14 73 37
  • contact@sncpre.org
  • 26, rue de Belfort 92400 Courbevoie
  • 07 67 14 73 37
  • contact@sncpre.org
  • 26, rue de Belfort 92400 Courbevoie

Lift de Cuisse

Le lifting des faces internes de cuisse consiste en une remise en tension de la peau des cuisses lorsqu’elle est relâchée.

Le relâchement cutané associé à l’excès de graisse peut être responsable d’une gêne esthétique voire fonctionnelle dans les cas plus importants avec gêne à la marche, frottements, irritation et macération. Dans certains cas tel que un amaigrissement suite à une obésité morbide, une prise en charge peut être faite après demande d’entente préalable acceptée par la CPAM (code CCAM : QZFA014).

Elle est associée régulièrement à une lipoaspiration lorsqu’il existe un excès graisseux résiduel.

Suites opératoires

Les douleurs sont en règle générale sont peu importantes, et sont limitées à des tiraillements et des élancements.
Des Ecchymoses et des œdèmes apparaissent. En général, ils régressent dans les deux semaines suivant l’intervention.

La période de cicatrisation peut s’avérer un peu désagréable du fait de la tension qui s’exerce sur les berges de la suture. Aussi, il est conseillé d’éviter tout mouvement d’étirement brutal.
La cicatrice est souvent rosée pendant les 3 premiers mois puis elle s’estompe en règle générale après le troisième mois. Le résultat final ne se verra réellement qu’au bout d’un an et demi en moyenne.

Un arrêt de travail doit être prévu entre une et trois semaines, en fonction de l’activité professionnelle. Et bien entendu, toute activité sportive est à proscrire pendant les six premiers mois.
De même, afin que la cicatrisation s’effectue dans de bonnes conditions, l’exposition au soleil s’effectuera trois mois après l’intervention.

Complications potentielles

Des complications peuvent survenir au décours d’un lifting de la face interne des cuisses:
• Cicatrisation distendue ou visible
• Hématome
• Infection due à la proximité des orifices naturels
• Nécrose
• Phlébite
• Embolie pulmonaire (rarissime)
• Ecoulement lymphatique au cours à partir du huitième jour après l’intervention : il doit parfois être ponctionné et s’assèche en général sans aucune séquelle
• Altération de la sensibilité de la partie haute de la face interne de la cuisse : la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de trois à six mois après l’intervention